Catégories
Vision de base

La vision 24:14

La vision 24:14

Par Stan Parks

Dans Matthieu 24:14, Jésus a promis : « Cet évangile du royaume sera proclamé dans le monde entier comme un témoignage à tous les ethnē (groupes de personnes), et puis la fin viendra. »

La Vision 24:14 est de voir l’Évangile partagé avec tous les groupes de personnes sur terre dans notre génération. Nous aspirons à être de la génération qui termine ce que Jésus a commencé et ce pour quoi d’autres travailleurs fidèles avant nous ont donné leurs vies. Nous savons que Jésus attend de revenir jusqu’à ce que chaque groupe de personnes ait l’occasion de répondre à l’Évangile et de faire partie de Son Épouse.

Nous reconnaissons que la meilleure façon de donner à chaque groupe de personnes cette occasion est de voir l’église a commencé et se multiplier dans leur groupe. C’est la meilleure espérance pour tout le monde d’entendre la Bonne Nouvelle, car les disciples de ces églises qui se multiplient sont motivés à partager l’Évangile avec tout le monde possible.

Ces églises qui se multiplient peuvent devenir ce que nous appelons un mouvement de plantation d’église (CPM). Un CPM est défini comme la multiplication des disciples faisant des disciples et des dirigeants développant des dirigeants, ayant pour résultat des églises indigènes plantant des églises qui commencent à se propager rapidement par un groupe de personnes ou un segment de population.

La coalition 24:14 n’est pas une organisation. Nous sommes une communauté d’individus, d’équipes, d’églises, d’organisations, de réseaux et de mouvements qui se sont engagés à voir des mouvements de plantation d’Église dans tous les peuples et lieux non atteints. Notre objectif initial est de voir un engagement efficace du CPM dans toutes les personnes et tous les endroits non atteints d’ici le 31 décembre 2025.

Cela signifie avoir une équipe (locale, expatriée ou combinaison) équipée en stratégie de mouvement sur place dans toutes les personnes non atteintes et le lieu à cette date. Nous ne faisons aucune réclamation quant au moment où la tâche de la Grande Commission sera Fini. C’est la responsabilité de Dieu. Il détermine la fécondité des mouvements.

Nous poursuivons la vision 24:14 basée sur quatre valeurs :

  1. Atteindre les non-atteints, en ligne avec Matthieu 24:14: apporter l’Évangile du Royaume à tous les peuples et lieux non atteints.
  2. Ce faisant par le biais de mouvements de plantation d’Église, impliquant la multiplication des disciples, des églises, des dirigeants et des mouvements.
  3. Agir avec un sentiment d’urgence en temps de guerre urgency pour engager tous les peuples non atteints et placer avec une stratégie de mouvement d’ici la fin de 2025.
  4. Faire ces choses en collaboration avec d’autres.

Notre vision est de voir l’Évangile du Royaume proclamé dans le monde entier comme un témoignage à tous les groupes de personnes dans notre vie. Nous vous invitons à vous joindre à nous pour prier et servir pour commencer les mouvements du royaume dans tous les peuples et lieux non atteints.

Stan Parks Ph.D. sert la Coalition 24:14 (Équipe de facilitation), Beyond (VP Global Strategies) et Ethne (Équipe de direction). Il est formateur et entraîneur pour une variété de CPM dans le monde entier et a vécu et servi parmi les non-atteints depuis 1994.

Ce matériel est apparu pour la première fois sur les pages 2-3 du livre 24:14 – Un témoignage à tous les peuples,

disponible à partir de 24:14

ou à partir d’Amazon Amazon

.

Catégories
Vision de base

Des réalités simples mais brutales

Des réalités simples mais brutales

– Par Justin Long –

Tout juste avant de monter au ciel, Jésus a donné à ses disciples la tâche que nous appelons la Grande Commission ou Mandat Missionnaire qui consiste à «aller dans le monde entier» en faisant des disciples de chaque groupe ethnique. Depuis lors, les Chrétiens ont rêvé du jour quand cette tâche serait accomplie. Beaucoup d’entre nous font le lien avec Matthieu 24 : 14 : la promesse de Jésus que l’évangile  «sera prêché dans le monde entier comme témoignage à toutes les nations, et ensuite viendra la fin». Bien que le sens précis de ce passage soit sujet à débat, nous avons tendance à croire que la tâche sera «accomplie» et que son accomplissement est d’une manière ou d’une autre intimement lié à la «fin». 

Bien que nous attendions avec impatience le retour de Christ, nous devons toutefois faire face à des «réalités simples mais brutales». Si l’accomplissement de la tâche et le Retour de Jésus forment un lien quelconque, son retour est vraisemblablement encore loin. A bien des égards, «l’accomplissement de la tâche» s’éloigne de nous encore plus. 

Comment évaluons-nous vraiment «l’accomplissement de la tâche ?» Deux possibilités se présentent naturellement et sont intimement liées à ces Écritures. Nous pouvons faire une évaluation de la proclamation et une autre du discipulat. 

Pour évaluer le discipulat, nous pouvons considérer le pourcentage du monde qui se revendique être chrétien, et le pourcentage du monde que l’on pourrait considérer comme «disciple actif». 

Le Centre pour l’Étude du Christianisme à  l’Échelle Mondiale (CSGC) compte les Chrétiens sans distinction. Leurs chercheurs nous disent qu’en 1900, 33% du monde était chrétien pour 33% en 2000. Et d’ici 2050, à moins que les choses ne changent de façon dramatique, le monde sera toujours chrétien à 33% ! Une église qui ne croît qu’au même rythme que la population n’est pas en train d’apporter l’évangile au «monde entier comme témoignage à tous les peuple».

Et qu’en est-il des « disciples actifs» ? Les évaluer est encore plus difficile puisque nous ne pouvons pas réellement connaître «l’état de leurs cœurs». Mais dans son livre l’Église Mondiale, quel Avenir  Patrick Johnstone a estimé les ‘Évangéliques’ à environ 6,9% de la population mondiale en 2010. Des études révèlent que le nombre des Évangéliques est en train de croître plus rapidement que la plupart des autres secteurs du Christianisme mais qu’il continue d’être un pourcentage minime du monde. 

Toutefois, le nombre de croyants n’est pas le seul outil pour évaluer l’accomplissement de la tâche. La «Proclamation», comme indiquée ci-dessus, en est un autre. Certaines personnes entendront l’évangile mais ne l’accepteront pas. Il existe trois concepts largement utilisés  pour évaluer la proclamation : non-évangélisés, non-atteints et non-engagés. (Le groupe Mission Frontiers a étudié en profondeur ces concepts dans une publication de Janvier-Février 2007 : http://www.missionfrontiers.org/issue/article/which-peoples-need-priority-attention).

Le concept de non-évangélisés est une tentative pour évaluer qui n’a pas accès à l’évangile c-à-d qui, d’une manière réaliste, n’aura pas l’occasion d’entendre la bonne nouvelle et de répondre à l’évangile au cours de sa vie. CSGC estime à 54% le pourcentage de la population non évangélisée en 1900 et à 28% celui de la population non évangélisée de nos jours. Ceci est une bonne nouvelle : le pourcentage du monde n’ayant aucun accès à l’évangile a diminué considérablement. Cependant, il y a aussi une mauvaise nouvelle : en 1900, la population totale des personnes non-évangélisées était de 880 millions de personnes. De nos jours, à cause de la croissance de la population, ce nombre s’est élevé à 2,1 milliard. 

Alors que le pourcentage des personnes non évangélisées a diminué presque de moitié, le nombre total de personnes n’ayant aucun accès à l’évangile a, lui, plus que doublé. La tâche qui reste a augmenté en taille. 

Le concept de non-atteints est un peu différent : il évalue quels groupes non-évangélisés n’ont pas d’église locale, une église autochtone qui puisse apporter l’évangile à tout le groupe sans l’aide des missionnaires transculturels. Le Projet Josué a répertorié environ 7 000 groupes non-atteints totalisant 3,15 milliard de personnes qui représentent 42% de la population mondiale.  

Finalement, les groupes non-engagés sont ceux qui n’ont reçu aucun engagement de la part d’une équipe d’implantation d’églises. A ce jour, il y a 1 500 groupes de ce genre : leur nombre est en train de diminuer depuis son introduction en 1999 par la IMB. Cette baisse est un bon signe, mais il signifie que pour les «groupes nouvellement engagés», le travail n’est pas achevé pour autant mais qu’il vient tout juste de commencer. Il est beaucoup plus facile d’engager un groupe avec une équipe d’implantation d’églises que de voir des résultats durables. 

«La vérité simple et brutale» est qu’aucun de ces moyens d’évaluation ne permettra à nos efforts existants d’atteindre tous les peuples et dans tous les groupes dans un futur proche. Nous voyons à cela plusieurs raisons principales. 

Tout d’abord, la plupart des efforts des Chrétiens se portent sur des endroits où l’église existe plutôt que vers des endroits où l’église n’existe pas. La plupart de l’argent donné aux causes chrétiennes est dépensé pour nous-mêmes et, même, la plupart de l’argent pour les missions est dépensé dans des endroits à majorité chrétienne. Si on prend un revenu de $100 000 dollars, le Chrétien donne en moyenne $1 dollar pour atteindre ceux qui sont non-atteints (0,00001%).

L’affectation des travailleurs reflète également ce déséquilibre problématique. Seul 3% des missionnaires transculturels servent parmi ceux qui sont non-atteints. Si nous comptons tous les travailleurs chrétiens à plein temps, seulement 0,37% d’entre eux servent parmi les non-atteints. Nous envoyons un missionnaire pour 179 000 Hindous, un pour 260 000 Bouddhistes et un pour 405 500 Musulmans.

Deuxièmement, la plupart des Chrétiens ne sont pas en contact avec le monde non-Chrétien : globalement, 81% de tous les non-Chrétiens ne connaissent personnellement pas un seul  croyant. Pour les Musulmans, Hindous et Bouddhistes ce chiffre s’élève à 86%. Au Moyen-Orient et en Afrique du Nord, le pourcentage est de 90%. En Turquie et Iran il est de 93% tandis qu’en Afghanistan c’est 97% des gens qui ne connaissent personnellement aucun Chrétien.

Troisièmement, les églises que nous soutenons existent en grande partie dans des endroits où il y a une croissance lente de la population. La population mondiale croît le plus rapidement là où nous ne sommes pas présents. Le christianisme est resté stable à 33% de la population mondiale de 1910 à 2010. Entre-temps, l’islam a grandi de 12,6% de la population mondiale en 1910 à 15,6% en 1970 et atteindra un pourcentage estimé à 23,9% en 2020. Ceci a été largement le fait de la croissance démographique des communités musulmanes et non pas le fait de la conversion. Toutefois, il n’en reste pas moins qu’au siècle dernier l’islam a presque doublé en tant que pourcentage du monde et le pourcentage des Chrétiens, lui, est resté le même. 

Quatrièmement, le monde chrétien est fragmenté et manque d’unité pour travailler ensemble afin d’accomplir la Grande Commission. Globalement, il y a environ 41 000 dénominations. Le nombre d’agences missionnaires a explosé passant de 600 en 1900 à 5 400 de nos jours. Un manque général de communication et un manque presque total de coordination, c’est ce qui paralyse les efforts de faire des disciples des ethnē.

Cinquièmement, beaucoup d’églises ne mettent souvent pas un accent suffisant sur le discipulat, sur l’obéissance à Christ et sur la détermination à le suivre de tout son cœur. Un faible engagement donne peu de reproduction et court le risque de déclin ou d’implosion. Ceci se voit très bien dans les Chrétiens que nous perdons parce qu’ils quittent l’église. En moyenne, chaque année, 5 millions choisissent de devenir Chrétiens mais 13 millions choisissent aussi de quitter le christianisme. Si la tendance actuelle continue, de 2010 à 2050 ce seront 40 millions de gens qui viendront au christianisme mais 106 millions qui le quitteront.

Sixièmement, nous ne nous sommes pas adaptés de manière stratégique à la réalité de l’église mondiale. Les Chrétiens du Sud Global sont passés de 20% des Chrétiens du monde en 1910 à environ 64,7% en 2020. Et pourtant, c’est dans le Nord Global que l’on trouve encore le plus gros de la richesse des Chrétiens. À cause de notre ethnocentrisme et de nos visions étriquées nous faisons une priorité d’envoyer des gens de notre propre culture comme missionnaires. Nous continuons à utiliser le plus gros de nos ressources pour soutenir des équipes d’une culture éloignée s’engageant pour des groupes non-atteints plutôt que de donner la priorité à des équipes d’une culture qui leur est toute proche et leur fournir des ressources adéquates pour atteindre les groupes voisins non-atteints.

Septièmement, nous perdons du terrain. Du fait des six points précédents et d’autres facteurs il y a un nombre croissant de gens qui sont perdus en général et de gens non-atteints en particulier. Le nombre de gens qui sont perdus a grandi de 3,2 milliard à 5 milliard en 2015 alors que le nombre de ceux sans accès à l’évangile est passé de 1,1 milliard en 1985 à 2,2 milliard en 2018.

En dépit de notre désir intense d’accomplir la Grande Commission et à moins que nous ne changions notre manière de «courir la course», les tendances actuelles montrent que ce ne sera pas de sitôt qu’on verra la ligne d’arrivée. Nous ne pourrons jamais réduire de façon progressive l’écart sur les personnes perdues. Nous devons affronter cette vérité simple et brutale  que les missions et l’implantation d’églises comme on le fait d’habitude n’atteindront pas l’objectif. 

Nous avons besoin de mouvements où le nombre de nouveaux croyants excède le taux de croissance annuelle de la population. Nous avons besoin d’églises qui multiplient des églises et des mouvements qui multiplient des mouvements parmi les peuples non-atteints. Ceci n’est pas un rêve ou une simple théorie. Dieu est en train de faire cela en certains endroits. Il y a plus de 650 Mouvements d’Implantation d’Églises (des MIE, au moins quatre courants séparés d’églises homogènes de 4e génération) qui se sont répandus partout dans chaque continent. Il y a encore plus de 250 mouvements émergents qui voient une multiplication d’églises de 2e et 3e génération.

Nous devons prêter attention à ce que Dieu est en train de faire et vouloir évaluer nos efforts de façon réaliste de sorte que nous puissions changer des stratégies médiocres qui donnent peu de fruits pour d’autres qui produisent beaucoup de fruit.

Justin Long travaille depuis 25 ans comme chercheur à étudier les Missions Mondiales et il est présentement le Directeur de Global Research for Beyond et, en cette capacité, il est le rédacteur de Movement Index et du Global District Survey.

Ce document est paru aux pages 149-155 du livre 24:14 – A Testimony to All Peoples, disponible auprès de 24:14 ou Amazon. C’est une version plus approfondie d’un article qui, à l’origine, est paru dans l’édition de janvier-février 2018 de la revue de Mission Frontiers, www.missionfrontiers.org, pp. 14-16.

 

 


  1. World Christian Database, 2015, *Barrett and Johnson. 2001. “World Christian Trends,” p. 656, and [2] Atlas of Global Christianity 2009. Also see: Deployment of Missionaries, Global status 2018
  2.  ibid.

  3. http://www.gordonconwell.edu/ockenga/research/documents/ChristianityinitsGlobalContext.pdf
  4. http://www.ijfm.org/PDFs_IJFM/29_1_PDFs/IJFM_29_1-Johnson&Hickman.pdf
  5. http://www.ijfm.org/PDFs_IJFM/29_1_PDFs/IJFM_29_1-Johnson&Hickman.pdf
  6. http://www.pewforum.org/2017/04/05/the-changing-global-religious-landscape/
Catégories
Vision de base

Pourquoi donner à la collaboration

Pourquoi donner à la collaboration

Le monde change et le pouvoir des réseaux arrive à maturité. Les réseaux sociaux nous ont montré de nombreux exemples de ce qui se passe quand beaucoup s’impliquent ensemble dans l’accomplissement d’une vision.

24:14 fournit un moyen pour les donateurs de donner à un réseau au sein du corps du Christ, en travaillant ensemble pour accomplir la Grande Commission. Nous avons besoin de plus que de simplement dire : « Travaillons ensemble. » Exemples récents réussis de collaboration nous montrer quelques ingrédients essentiels.

Vision claire pour la collaboration

24:14’s Vision est que chaque groupe de personnes dans chaque endroit global d’avoir une communauté croyante axée sur la multiplication des disciples dans un mouvement de plantation d’église. Ce niveau de clarté permet aux croyants du monde entier de contribuer à cette vision puissante.

Mécanismes clairs pour la collaboration

Notre communauté 24:14 se soutient mutuellement par le partage de l’information, des ressources, de la formation, du coaching, de l’apprentissage et de l’encouragement. L’organisation et le soutien d’équipes régionales et sous-régionales collaboratives permettent d’agir au niveau local. Nous n’avons pas pour but de faire avancer un programme ou une méthodologie organisationnel. Nous faisons la promotion du succès de chaque organisation, église, équipe, mouvement et réseau dans notre communauté.

Structure de soutien à la construction pour la collaboration

Les meilleures pratiques des efforts de collaboration ont donné une leçon importante : la collaboration exige un travail acharné. La plupart des églises, des réseaux, des agences et des mouvements ont beaucoup à faire. La collaboration pionnière demande souvent un travail dédié d’un tiers : une idée que nous appelons la « colonne vertébrale collaborative ».

Nous ne remarquons pas l’épine dorsale d’une personne quand nous les rencontrons pour la première fois, mais nous remarquerions si elles n’en avaient pas! Une colonne vertébrale fournit la structure de soutien qui permet au reste du corps de fonctionner ensemble. Une colonne vertébrale collaborative fonctionne en organisant les efforts qui permettent aux églises, aux réseaux, aux agences et aux mouvements de fonctionner à l’unisson vers un objectif commun.

Définir les objectifs de la collaboration

L’équipe de direction de 24:14 a chargé notre colonne vertébrale des objectifs suivants :

  • Élargissez l’engagement à la prière et au jeûne pour les mouvements des disciples qui se multiplient.
  • Approfondir le développement d’une équipe de chercheurs et le partage de données qui identifient de façon fiable les lacunes jusqu’au niveau provincial.
  • Élaborer une équipe de stratégie mondiale de 32 régions, organisée pour documenter, évaluer et célébrer les plans d’action.
  • Publiez des communications régulières, y compris du contenu de blog, des livres, des articles de journaux et des messages sur les médias sociaux.
  • Soutenir l’équipement progressif des communautés

    facilitée par des mentors de mouvement expérimentés.

  • Faciliter une plus grande pollinisation croisée entre les pratiquants du mouvement.
  • Mobiliser les ressources en conseillant une coalition d’Églises, de fondations et de donneurs sur les projets d’écart de la Grande Commission. Pour plus d’informations sur ces projets, contactez-nous à [email protected].

Nous croyons que la collaboration autour de la Grande Commission est l’un des meilleurs investissements qu’un croyant puisse faire. Comme vous considérez où investir votre royaume donnant, s’il vous plaît prier envisager de soutenir la collaboration visant à engager chaque peuple et le lieu avec un mouvement de plantation de l’Église.

Catégories
Vision de base

Le pouvoir des équipes régionales

Le pouvoir des équipes régionales

Par Chris McBride

Si je n’ai pas appris le pouvoir de la multiplication à l’école, je l’ai probablement appris de COVID-19.

Le premier semestre 2020 a démontré une leçon que les mouvements de plantation de l’Église nous montrent depuis des années : la multiplication remplit une zone d’un virus… ou disciples du Royaume, d’une manière que l’addition ne peut jamais! Les communautés en réseau multiplient les répercussions parce qu’elles donnent aux dirigeants multiples les moyens d’obéir personnellement à Jésus. Lorsque les dirigeants régionaux dirigés par Spirit qui connaissent leurs communautés commencent à modéliser le leadership, l’impact viral suit bientôt.

24:14 est une communauté collaborative.

Nous travaillons ensemble vers une vision commune : engager chaque groupe de personnes et chaque lieu mondial avec la multiplication des disciples et la plantation d’église. Comment pouvons-nous faire cela au mieux dans un monde de peuples et de cultures divers?

Les efforts de collaboration antérieurs ont souvent échoué parce qu’ils ont mis en œuvre une approche de collaboration « moins dénominateur commun ». De nombreuses personnes ont poursuivi divers programmes dans leur collaboration, et Inclusion autour de la vision générale signifiait que les objectifs devaient rester larges. Étant donné que les objectifs étaient souvent globaux et généralisés, les participants ont eu du mal à trouver des moyens de contribuer de façon significative à l’objectif plus large.

24:14 Les équipes régionales tentent d’apprendre des expériences passées. En formant des équipes dans des régions ayant des antécédents linguistiques, culturels, sécuritaires et religieux dominants similaires, les équipes ont plus de facteurs en commun que de différents. Lorsqu’une équipe régionale est formée par des dirigeants qui font des disciples pour commencer des mouvements de plantation d’église, ils ont un chemin clair vers le succès. L’équipe régionale peut collaborer pour combler les lacunes dans la multiplication des églises, la planification stratégique, la prière et le partage des ressources. Ainsi, beaucoup d’autres trouvent l’encouragement et le soutien de marcher sur ce chemin.

Les équipes régionales permettent de multiplier une vision globale dans de nombreuses régions. Au fur et à mesure que ces équipes fonctionnent avec succès, elles encouragent la formation de communautés collaboratives au niveau des pays, puis au niveau de la province, puis au niveau des districts. Au fur et à mesure que les relations se forment et que la confiance commence à se construire, l’énergie commence à croître, les perdus sont atteints et les lacunes sont comblées.

Des équipes de direction pour chaque région sont formées en relation par des leaders de mouvement dans chaque région. La plupart des dirigeants régionaux ont dirigé de grands mouvements qui ont commencé de nouveaux travaux dans d’autres domaines et ont marché avec d’autres dirigeants mondiaux pendant des années. Le réseau de dirigeants régionaux a des relations solides et la confiance mutuelle, se développant d’année en année.

Notre communauté 24:14 travaille ensemble à l’échelle mondiale pour se soutenir mutuellement. Les connaissances partagées, les outils partagés, les ressources partagées et les expériences partagées aident le réseau à se développer de façon virale. Le pouvoir de notre communauté est réparti dans nos régions… et finalement à vous.

Catégories
Vision de base

24:14 – L’histoire

24:14 – L’histoire

Par Chris McBride

Vieux trésors ainsi que nouveaux

Le début des années 1990 a été une bonne saison pour l’Église mondiale. Nous avons travaillé dur et des choses encourageantes se sont produites. Le rideau de fer s’était ouvert et les gens venaient au Christ.

Mais nous n’atteignions pas les endroits les plus difficiles. Des groupes de peuples entiers avaient des générations d’âmes entrant dans l’éternité sans Christ. La population mondiale augmentait rapidement, et l’Église ne suit pas.

Puis quelque chose d’inattendu s’est produit. Des percées ont commencé à se produire lorsque les messagers de l’Évangile ont commencé à jeter un regard neuf sur les commandements originaux du Christ. Des nouvelles surprenantes sont venues de l’Inde. De Chine. De l’Asie du Sud-Est. Puis en Afrique : des modèles simples et reproductibles facilitant la multiplication des disciples. Des disciples habilités obéissant à Jésus, faisant des disciples et se rassemblant dans de nouvelles églises. Multiplication exponentielle de ces églises parmi les perdus. Une croissance incroyable comme celle-ci s’est produite dans l’église primitive (comme indiqué dans le livre des Actes) et seulement occasionnellement dans l’histoire de l’église (comme le ministère de Patrick en Irlande dans le mouvement wesleyen précoce).

Nouveau trésor avait jailli de la vieille sagesse.

Les coups de l’Esprit

Au fur et à mesure que la décennie inaugurale des années 2000 avançait, de plus en plus de ces mouvements de plantation d’églises (CPM) ont vu le jour. (CPM est un terme générique que nous utilisons pour décrire les mouvements de multiplication des disciples qui forment des églises multipliantes.) En 2007, les musiologues suivaient plus de 30 CPM. En 2010, ils pouvaient en compter plus de 60, dont beaucoup avaient commencé complètement indépendamment les uns des autres. Ensuite, le nombre a dépassé 100. Alors que la plupart des mouvements ont duré et que quelques-uns ont pris fin, les travailleurs poursuivant des mouvements multiplicatifs pour atteindre les perdus ont continué d’apprendre et d’augmenter en nombre.

Comme les mouvements ont continué à croître en nombre et se propagent dans l’impact, de nombreux dirigeants ont réalisé que c’était le vent de l’Esprit soufflant sur les mouvements de plantation de l’Église. Des millions de nouveaux croyants arrivaient dans le Royaume. Il était temps de mettre les voiles.

Une communauté est née

En 2017, 24h14 a été donné naissance à l’issue de deux sommets internationaux au cours de laquelles des dirigeants mondiaux se sont réunis à partir d’organisations de mission, d’églises, de réseaux et de mouvements déjà engagés à atteindre les non-atteints par le biais des CPM. Nous avons posé une question simple :

« Que faudra-t-il pour prier et travailler ensemble pour lancer des mouvements du royaume dans tous les peuples et lieux non atteints de notre génération ? »

Le Saint-Esprit a déplacé 24:14 participants au Sommet de poursuivre humblement un effort unifié pour engager les non-atteints – en particulier par le biais des mouvements de plantation de l’Église avec une urgence sacrificielle d’ici 2025. En conséquence, nous avons lancé une coalition mondiale d’organisations, d’églises et de croyants aux vues similaires , connue sous le nom de 24:14, pour voir cette vision de la taille de Dieu accomplie.

Construire ensemble

Depuis 2017, nous aiguisons cette vision ensemble : chaque peuple dans tous les lieux avec une communauté de croyants se concentrant sur la multiplication des disciples de Jésus dans un mouvement de plantation d’église. Nous regardons et travaillons pour voir cette graine tomber sur un bon sol et se multiplier en une récolte digne du roi.

24:14 est une communauté de collaboration ouverte au service de ceux qui catalysent et soutiennent les mouvements de plantation d’églises. Nous ne soulevons aucun drapeau organisationnel; nous travaillons dans l’unité collaborative au service de Jésus seul.

Catégories
Vision de base Vision de base

Que faudra-t-il pour accomplir la Grande Commission?

Que faudra-t-il pour accomplir la Grande Commission?

Par Stan Parks

Dans ses dernières instructions à ses disciples (Matthieu 28:18-20), Jésus a présenté un plan étonnant pour tous ses disciples – à l’époque et maintenant.

Nous allons dans le nom ayant tous les

l’autorité – dans le ciel et sur la terre. Nous recevons la puissance de l’Esprit Saint au fur et à mesure – au peuple Notre Jérusalem, Judée- Samarie («ennemis» à proximité) et les extrémités de la terre. Jésus nous appelle à faire des disciples de tous ethnē,

en les baptisant au nom du Père, du Fils et de l’Esprit Saint et en leur apprenant à obéir

tout ce qu’il commandait. Et il est toujours avec nous.

Que faudra-t-il pour remplir la Grande Commission? En cherchant à saisir la « tâche restante », nous utilisons des termes comme « non atteint », « non galvanisé », « non engagé » et « moins atteint ».

Nous utilisons souvent ces mots de façon interchangeable. Cela peut être très dangereux, car ils ne signifient pas la même chose, et nous ne pouvons pas signifier la même chose lorsque nous les utilisons.

«Non atteint» a été initialement défini lors d’une réunion de mpsiologues tenue à Chicago peu de temps après toute l’idée de peuples non atteints est devenu populaire. Il a été défini comme « un groupe de personnes dépourvu d’une église qui peut évangéliser le groupe à ses frontières sans aide interculturelle. »

« nvangél » comme généralement utilisé, a été défini dans l’Encyclopédie chrétienne mondiale

comme une équation mathématique pour estimer le nombre de personnes au sein d’un groupe de personnes qui auraient accès à l’Évangile au moins une fois dans leur vie. Il Est une quantification du nombre de personnes qui ont accès à l’Évangile. Un groupe peut être, par exemple, 30% évangélisé, ce qui signifie que les chercheurs estiment que 30% ont entendu l’Évangile et 70% ne l’ont pas fait. Il ne s’agit pas d’une déclaration sur la qualité de l’église locale ou sa capacité à terminer la tâche par elle-même.

« nengagé » a été créé par Finition de la tâche et défini comme un groupe de personnes manquant d’une équipe avec une stratégie de plantation d’église. Si un groupe de plusieurs millions de personnes a une équipe de deux ou trois qui l’a « engagé » avec une stratégie de plantation d’église, il est « engagé » (mais presque certainement Mal desservies). Finishing the Task maintient la liste non engagée, dérivée d’autres listes.

« Le moins atteint » est un terme générique faisant référence au cœur de la tâche restante. Il n’a pas de définition spécifique et est souvent utilisé lorsqu’aucune définition spécifique n’est souhaitée.

Qu’est-ce que la tâche?

Le but de 24:14 fait partie de la génération qui remplit la Grande Commission. Et nous pensons que la meilleure façon de remplir la Grande Commission (faire des disciples de chaque groupe de personnes) est à travers les mouvements du Royaume dans chaque peuple et lieu.

Tous ces termes – non galvanisés, non atteints, non engagés, les moins atteints – sont utiles de différentes manières. Pourtant, ils peuvent être déroutants et même contre-productifs, selon la façon dont ils sont utilisés.

Nous voulons voir tout le monde évangélisé,

mais pas seulement

Évangélisé. En d’autres termes, il ne suffit pas que tout le monde Entendre l’Évangile. Nous savons que les disciples

seront faits « de chaque nation, tribu, peuple et langue » (Apocalypse 7:9, NIV).

Nous voulons voir tous les groupes de personnes atteint

– d’avoir une église assez forte pour évangéliser son propre peuple. Mais ce n’est pas tout ce que nous voulons. Joshua Project dit qu’un groupe atteint a 2% de chrétiens évangéliques. Cela signifie qu’ils estiment que ces 2% peuvent partager les bonnes nouvelles avec les 98% restants. C’est une étape importante, mais nous ne sommes pas satisfaits si seulement 2% d’un peuple devient disciples de Jésus.

Nous voulons voir tous les groupes engagés,

mais pas seulement

Engagé. Voudriez-vous que votre ville de cinq ou dix millions d’habitants n’ait que deux travailleurs servant à apporter l’Évangile?

Le langage original de la Grande Commission indique clairement le seul commandement

central dans ces versets: faire des disciples (mathēteusate

(). Pas seulement les disciples individuels, mais la discipline ethnē – des groupes ethniques entiers. Les autres verbes (« l », « baptise », « enseigner ») soutiennent le commandement principal –
ethnē
.

Le mot grec ethnos (singulier d’ethnē

) est défini comme « n corps de personnes unies par la parenté, la culture et les traditions communes, la nation, les gens.

.” ethnos

Apocalypse 7:9 complète l’image des ethnē

(« ation ») qui seront atteints, ajoutant trois termes plus descriptifs: tribus, peuples et langues – divers groupes avec des identités communes.

La définition du groupe de personnes lausannoise de 1982 dit : « Pour des raisons d’évangélisation, un groupe de personnes est le plus grand groupe au sein duquel l’Évangile peut se propager en tant que mouvement de plantation d’église sans rencontrer de barrières de compréhension ou d’acceptation. »

Comment pouvons-nous discipler toute une nation, tribu, peuple, langue?

Nous voyons un exemple dans Actes 19:10, qui dit tous les Juifs et les Grecs dans la province d’Asie (15 millions de personnes!) «entendu la parole du Seigneur» en deux ans. Dans Romains 15 (versets 19-23) Paul déclare que de Jérusalem jusqu’à Illyricum, il n’y avait plus de place pour son travail de pionnier.

Alors, que faudra-t-il pour remplir la Grande Commission? Certainement seul Dieu peut juger quand la Grande Commission sera enfin « remplie ». Pourtant, l’objectif semble être de faire des disciples d’une masse critique de personnes dans chaque Ethnos résultant en églises. Les disciples vivant le royaume de Dieu – à l’intérieur et à l’extérieur de l’église – transformant leurs communautés et apportant continuellement plus de personnes dans son royaume.

Engagements du Mouvement du Royaume

C’est pourquoi ceux qui ont pris l’engagement 24:14 se concentrer sur voir les engagements du mouvement du royaume

. Nous reconnaissons que seul un mouvement de multiplication des disciples, des Églises et des dirigeants peut discipler des communautés entières, des groupes linguistiques, des villes et des nations.

Trop souvent, dans les missions, nous avons seulement demandé: «Que puis-je faire?» Nous devons plutôt nous demander : « Que faut-il faire ? » pour remplir notre rôle au sein de la Grande Commission.

Nous ne pouvons pas nous permettre de simplement dire: « e vais aller essayer de gagner des gens au Seigneur et de commencer quelques églises.» Nous devons nous demander : « Que faudra-t-il pour voir celui-ci ethnos

ou ces multiples ethnē

disciples?

Dans une région difficile et non atteinte de plusieurs pays, une équipe de mission a servi dans de nombreux endroits et ils ont vu 220 églises commencées en trois ans. C’est très bien, surtout à la lumière de leurs contextes difficiles et parfois hostiles. Mais cette équipe avait une vision pour voir toute la région disciple.

Leur question était : « Que faudra-t-il pour discipler notre région dans cette génération ? » La réponse était qu’un bon départ (un début – pas une fin) nécessiterait 10 000 églises. Donc 220 églises en trois ans n’a pas suffi !

Dieu leur a montré que pour atteindre leur région, il faudrait de multiples courants d’églises qui se reproduisent rapidement. Ils étaient prêts à tout changer. Quand Dieu leur envoya des formateurs cpm, ils fouillèrent les Écritures, priaient et faisaient des changements radicaux. À partir d’aujourd’hui, Dieu a créé plus de 7 000 églises dans cette région.

Un pasteur asiatique avait planté 12 églises en 14 ans. C’était bien, mais cela ne changeait pas le statut de la perte dans sa région. Dieu lui a donné, ainsi qu’à ses collègues ouvriers, une vision de voir toute l’Inde du Nord atteinte. Ils ont commencé le travail acharné de désapprendre les modèles traditionnels et d’apprendre plus de stratégies bibliques. Aujourd’hui, 36 000 églises ont été créées. Et ce n’est que le début de ce à quoi Dieu les a appelés.

Dans une autre partie du monde non atteint, Dieu a commencé une cascade de mouvements d’un groupe linguistique en sept autres groupes linguistiques et cinq mégapoles. Ils ont vu 10-13 millions les gens baptisés en 25 ans, mais ce n’est pas leur objectif. Lorsqu’on lui a demandé ce qu’il pense de ces millions de nouveaux croyants, l’un de leurs dirigeants a déclaré: « e ne me concentre pas sur tous ceux qui ont été sauvés. Je me concentre sur ceux que nous n’avons pas atteints – les millions de personnes qui vivent encore dans l’obscurité parce que nous n’avons pas fait ce qui doit être fait.

Une marque de ces mouvements est qu’une personne ou une équipe de personnes acceptent une vision de la taille de Dieu. Pour voir toute une région de plusieurs pays remplis du Royaume de Dieu. Voir un groupe de personnes non atteints – de huit millions, soit 14 millions ou trois millions – atteint, de telle sorte que tout le monde a une chance de répondre à l’Évangile. Ils demandent : « Que doit-il se passer ? » et non « Que pouvons-nous faire ? » En conséquence, ils correspondent aux modèles de Dieu et sont remplis de sa puissance. Ils jouent un rôle dans la naissance des églises qui commencent à disciple et transformer leurs groupes.

Le premier objectif de 24:14 des engagements

de mouvement dans tous les gens non atteints et l’endroit n’est pas la ligne d’arrivée. Ce n’est qu’une ligne de départ pour chaque peuple et lieu (c’est-à-dire les groupes de personnes à cet endroit). Nous ne pouvons pas terminer la tâche entre chaque groupe tant que la tâche n’a pas été commencée entre chaque groupe.

Pour voir les mouvements du Royaume dans chaque peuple et lieu, nous ne pouvons pas compter sur le simple choix de stratégies et de méthodes. Nous devons être prêts et engagés à poursuivre la même dynamique que Dieu a donnée à l’Église primitive. Que faudra-t-il pour voir l’Évangile proclamé comme un témoignage de tous les ethnē

(Matthieu 24:14)?

Stan Parks Ph.D. sert la Coalition 24:14 (Équipe de facilitation), Beyond (VP Global Strategies) et Ethne (Équipe de direction).  Il est formateur et entraîneur pour une variété de CPM dans le monde entier et a vécu et servi parmi les non-atteints depuis 1994.

Ce matériel est apparu pour la première fois aux pages 139-144, 147 du livre 24:14 – A Testimony to All Peoples,

disponible à partir de 24:14

ou à partir d’Amazon Amazon

.

{1) Les 7 paragraphes suivants sont extraits et édités à partir de https://justinlong.org/2015/01/unreached-is-not-unevangelized-
n’est pas non engagé/. Voir cet article pour plus d’informations sur ces termes.
(2) Comme décrit dans « The 24:14 Vision » : 24:14 – A Testimony to All Peoples, p. 2-3.
(3) Un lexique grec-anglais du Nouveau Testament et d’autres littérature chrétiennes anciennes, troisième édition, 2000.   Révisé et
édité par Frederick William Danker, basé sur Walter Bauer et les éditions anglaises précédentes par W.F. Arndt, F.W. Gingrich,
et F.W. Danker. Chicago et Londres : University of Chicago Press, p. 276.
(4) Il n’est pas facile de compter et de documenter un nombre aussi grand, donc la plage estimée.