Catégories
À propos des mouvements

Le rôle d’un membre externe dans la Multiplication Des Mouvements

Le rôle d’un membre externe dans la Multiplication Des Mouvements

En 2019, plus de 30 praticiens de mouvements se sont réunis pour explorer de nouveaux modèles de formation missionnaire. Le rassemblement comprenait des leaders de mouvements de formation de disciples non occidentaux et des agents de Sociétés Missionnaires occidentales. Au cours d’une séance, les leaders de mouvements ont partagé leurs idées sur le rôle des membres externes qui catalysent de nouvelles œuvres dans leurs régions. Ils ont décrit la meilleure attitude  à avoir pour ces membres ‘du dehors’ lorsqu’ils entrent dans des champs non atteints.

Leurs idées et réflexions peuvent être résumées en dix recommandations. Quiconque cherche à aller en terre de mission ou à envoyer des travailleurs sur le terrain ferait bien d’écouter ces conseils:

1. Soyez un exemple. Ceux qui viennent de l’extérieur ont besoin d’une «crédibilité populaire». Faire des disciples et implanter des églises impliquent des épreuves et des souffrances. Ces choses créent une profonde maturité dans le membre externe que les initiés remarquent et ressentent. Ils apprécient la patience et l’humilité qui viennent avec l’expérience de marcher dans ces chemins. Être des modèles ne consiste pas seulement à apprendre la théologie ou le maniement d’outils. C’est un mode de vie de prière, de labeur, de persévérance, de délégation de responsabilités et de confiance active en Dieu.

2. Soyez une personne de relations. Les gens locaux peuvent ressentir une différence quand un membre externe arrive avec un zèle pour les méthodes de mouvements qui laisse peu de place à l’amour pour les gens. C’est le relationnel qui précède la stratégie. Un désir excessif de vouloir faire le travail comme une transaction commerciale ne passe pas bien avec des gens qui vivent dans une culture fondée sur les relations. Les leaders de mouvements lors de nos réunions se sont étonnés de voir à quel point les membres occidentaux externes parlaient de «frontières/périmètres» sans tenir compte des besoins et des perspectives des populations locales qu’ils gardaient à distance. De plus, les croyants locaux ne sont pas particulièrement impressionnés par les outils et méthodes des étrangers même si ces outils sont excellents. Ces membres externes doivent connaître, aimer et respecter la personne avec laquelle ils s’associent. Travailler pour devenir comme des membres d’une famille peut sembler lent mais cela jette les bases d’un travail fécond.

3. Soyez humble. Le monde fonctionne selon un modèle hiérarchique. Par contraste, Jésus nous a dit qu’il n’en sera «pas ainsi parmi vous» (Marc 10:43). N’arrivez donc pas comme un patron mais traitez le leader local comme un ami. Valorisez-les et abandonnez-leur le contrôle (ce que beaucoup d’entre nous trouvent difficile!). En sachant que le contrôle a tendance à tuer les mouvements, travaillez à établir «une table ronde et non pas une table rectangulaire». Bien écouter les autres démontre du respect, de l’amour et de l’attention. Les leaders locaux qui ont de l’expérience se sentent honorés lorsque vous prenez le temps de comprendre leur univers et de travailler avec eux et à travers eux (et non pas pour eux, ni même eux pour vous).

4. Soyez un étudiant de leur culture. Les croyants locaux sont souvent surpris de voir à quel point ceux qui viennent de l’extérieur ignorent leur culture lorsqu’ils apportent le message de l’Évangile dans un nouveau champ de moisson. Nous devons reconnaître que lorsque nous arrivons en tant qu’étrangers, nous apportons avec nous l’odeur de la culture de notre pays. Cela affecte la façon dont nous communiquons, dont nous corrigeons, les alliances que nous faisons, les préjugés avec lesquels nous vivons et la façon dont nous faisons les choses. Même les outils que nous apportons avec nous reflètent un bagage culturel. Prenez l’engagement d’apprendre la langue et de travailler à travers la culture locale, en découvrant avec les gens locaux comment apporter cette lumière du royaume qui nous rend tous plus comme Jésus.

5. Soyez patient. Les leaders de mouvements ont relaté comment ceux qui viennent de l’extérieur arrivent souvent avec leurs outils et méthodes et disent: «Je sais que ça va marcher ici parce que ça a marché ailleurs.» Une approche relationnelle patiente permet une période d’installation durant laquelle les étrangers et les gens de la culture locale apprennent les uns des autres sous la direction du Saint-Esprit. Ainsi, la confiance peut s’épanouir. La patience de celui qui vient de l’extérieur démontre l’humilité et la reconnaissance que, celui qui connaît le milieu culturel, a beaucoup à contribuer pour aider à rendre culturellement opérationnelles les principes derrière des outils fructueux.

6. Soyez un leader dans la prière. Ceux venus de l’extérieur doivent mener la prière bien qu’ils puissent constater que les gens locaux le font souvent mieux qu’eux. Toutefois, les membres externes ont la capacité de catalyser des réseaux de prière externes d’une manière stratégique qui peut changer les réalités sur le terrain. Connecter les croyants locaux à ces réseaux de prière leur permet d’accéder à une ressource qui peut leur être difficile de trouver sans le contact par quelqu’un venu de l’extérieur.

7. Soyez une personne qui impulse une vision et qui catalyse ceux qui connaissent bien le milieu. Les leaders de mouvements racontent comment des gens venus de l’extérieur leur ont inspiré une vision personnelle d’être les «ouvriers de la moisson» et ont imaginé avec eux ce qui était possible. Ces gens peuvent créer une large base faite de relations personnelles et aider divers réseaux à s’unifier. Nous avons également entendu des leaders de mouvements partager comment leur contact étroit avec des membres externes les a ouverts à une nouvelle vision pour atteindre des groupes de personnes non atteints de même qu’à se connecter à la vision 24:14 pour leur région. Aider ceux ‘de l’intérieur’ à se connecter à des réseaux extérieurs appropriés peut également inspirer une vision et catalyser de nouveaux travailleurs.

8. Soyez un mentor et un formateur. Les membres externes peuvent jouer un rôle important en tant que mentors pour impacter les vies. Mais les leaders de mouvements préviennent que les stratégies de coaching fondé sur le transactionnel tombent à plat dans les cultures où les relations personnelles sont importantes. Ce dont les leaders locaux ont soif et ce qu’ils attendent de leurs partenaires externes, c’est du temps passé ensemble à explorer les problèmes, avec des questions et un respect pour leur culture.

9. Dépendez de la Parole. Les membres externes qui ont une longue expérience intime de Dieu peuvent aider à fournir des cadres théologiques et à enseigner comment dépendre de la façon dont Dieu guide à travers sa Parole. Un engagement à rechercher ensemble la direction que Dieu et sa Parole donnent de même qu’à obéir à ce que sa parole dit, quoi qu’il arrive, va modeler une vie reproductible en Dieu.

10. Soyez une personne qui connecte. Une personne venue de l’extérieur jouira naturellement plus de la confiance des gens de l’extérieur qui ont des ressources. Un catalyseur externe qui a développé des relations avec des leaders de la culture locale peut être une passerelle, reliant ces leaders à des Bibles, des outils ou une aide avec des formations qui peuvent aider à démarrer de nouvelles œuvres. Des catalyseurs externes peuvent aider à la collecte de données et à la communication d’informations qui aident le mouvement à se relier à d’autres mouvements et réseaux.

Alors que les catalyseurs externes cherchent à impulser des mouvements parmi les peuples non atteints, nous pouvons apprendre de beaucoup de ceux qui nous ont devancé. Nous pouvons ainsi apprendre les attitudes les plus efficaces et celles qui honorent Dieu que des catalyseurs devraient avoir. Puissent les organismes qui envoient des travailleurs envoyer le genre de personnes humbles qui honorent les gens et que Dieu peut utiliser pour faire progresser son Royaume parmi toute langue, toute tribu et toute nation.

 

Adapté d’un article de Chris McBride paru dans le numéro de septembre / octobre 2020 de Mission Frontiers www.missionfrontiers.org.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *